Quand il s’agit de maladies graves comme le cancer, où la médecine moderne a-t-elle le plus de travail à faire? diagnostic, pronostic ou traitement?

Le diagnostic et le traitement du cancer sont tellement interconnectés qu’il faut être correct dans l’un pour être correct de l’autre. Un mauvais diagnostic conduit à un mauvais traitement. Un diagnostic correct correspond à un traitement spécifique orienté vers le diagnostic spécifique. Par conséquent, ils sont tout aussi importants.

Le diagnostic est un processus ardu dans la mesure où vous devez déterminer la pathologie histologique, le grade (comportement ou agressivité du cancer) et le stade (extension du cancer, taille, présence de métastases régionales, lymphatiques ou vasculaires ou lointaines) . Cela peut impliquer des exercices exhaustifs comme l’imagerie, l’identification des marqueurs tissulaires et les procédures de biopsie. En mai être simple et facile dans quelques cas où le cancer est d’un type commun et l’imagerie + biopsie sont avec des lectures définitives,

Un diagnostic correct dicte quel type de traitement est requis. Par exemple, un cancer de la prostate de stade I peut répondre à une chirurgie radicale ou à une radiothérapie alors qu’un stade IV répond mieux à une thérapie de privation hormonale ou à une chimiothérapie extrême à base de docétaxel. Cela peut être assez difficile lorsqu’il s’agit d’une masse compliquée et importante qui doit être éliminée, ou lorsqu’il existe des comorbidités qui peuvent entraver la chirurgie ou la chimiothérapie. Parfois, il peut être facile et direct dans le cas d’un cancer localisé de stade I à faible volume.

Le pronostic dépend également du diagnostic histologique spécifique, du stade et du type de traitement effectué. C’est peut-être l’aspect de la gestion où le médecin a besoin de compétences en communication. Certains médecins sont catégoriques dans l’information des proches du patient sur le pronostic, mentionnant souvent des délais. Certains seraient plus prudents et relaient souvent à leurs proches un large éventail de temps. Par conséquent, pronostiquer est la partie pas si difficile. Tout ce dont il a besoin, c’est de sa mémoire concernant les taux de survie, et surtout de son tact, de sa compassion et de sa capacité à lire dans les pensées des proches du patient – ce qu’ils veulent ou ont besoin d’entendre.

Salut,

Il y a des recherches massives sur le diagnostic précoce et le traitement. Plus de recherches sur le diagnostic parce que les scientifiques affirment qu’un diagnostic précoce permet d’améliorer le pronostic et le traitement, ainsi que le taux de survie élevé. 60% des cancers diagnostiqués sont plus ou moins avancés, ce qui rend leur traitement plus difficile et un mauvais traitement conduit à un mauvais pronostic.

Pour plusieurs cancers, les taux élevés de moralité ne sont pas liés au traitement, mais c’est parce que le cancer a été diagnostiqué à un stade avancé et qu’il est plus difficile de traiter ou de combattre à ce stade. Le traitement peut tuer toutes les cellules cancéreuses à l’exception d’une seule et encore une fois et les rechutes de cancer et c’est ainsi que nous ne pouvons pas lutter contre le cancer jusqu’à maintenant. Le pronostic peut être surveillé à l’aide de divers tests une fois le traitement administré, et c’est ce qui se passe maintenant un jour où le cancer est traité.

Sur cette base, un diagnostic précoce est important et cela permettra un traitement précoce et etc.

Salutations 🙂

Le traitement d’abord pronostique deuxième et le diagnostic troisième. J’ai étudié certaines maladies et certaines informations médicales sur le cancer. Et les traitements, etc. Cependant, cela peut dépendre de la maladie ou du type de cancer. Cependant, globalement. C’est la réponse de ce que j’ai appris.