Comment les plantes fabriquent-elles des protéines?

Non seulement les plantes produisent des protéines, mais vous mangez des protéines végétales tous les jours, même si elles peuvent être retraitées.

Les protéines sont fabriquées à partir de 20 acides aminés communs. Nous devons faire ces blocs de construction ou les obtenir de notre nourriture. Les humains peuvent en fabriquer 10. Les 10 autres sont connus comme des acides aminés essentiels parce que nous devons les inclure dans notre alimentation. Quand nous mangeons des protéines, nous les décomposons pour obtenir les blocs de construction, puis les utilisons pour fabriquer les protéines dans notre propre corps.

Voici le frotter: Les vaches, les cochons, les poulets, les poissons, même les insectes ont exactement le même ensemble de 10 acides aminés qu’ils peuvent faire, et 10 ils doivent obtenir de la nourriture. Il semble être une exigence qui est largement conservée à travers le règne animal.

Cela signifie que les acides aminés essentiels que vous consommez en mangeant de la viande, des œufs ou du journal proviennent de plantes et sont simplement reconditionnés par un processus avec perte et inefficacité en une forme (généralement) plus concentrée.

Les plantes extraient les nitrates (forme d’azote) des racines et sont convertis en acides aminés par les ribosomes dans les cellules. Les ribosomes flottants libres dans la cellule font la protéine pour l’usage interne de la cellule tandis que s’ils sont attachés avec le reticulum endoplasmique, la protéine produite par de tels ribosomes peut être employée intérieurement ou extérieurement de la cellule. L’appareil de Golgi est responsable de la transmission de la protéine dans la plante.

Il a été observé qu’une augmentation de la productivité des protéines végétales passe par la régulation du flux de carbone au cours de la photosynthèse de manière à augmenter la production de porteine ​​par rapport à celle des autres constituants végétaux. ( Platt, S. et Bassham, J. (1978) .La photosynthèse et l’augmentation de la production de protéines.)

Les plantes fabriquent des protéines de la même manière que tous les organismes eucaryotes. Les acides aminés sont les éléments constitutifs des protéines, et les ribosomes ajoutent un acide aminé après l’acide aminé à une chaîne peptidique allongée. L’ordre des acides aminés dans la chaîne est déterminé par la protéine ARN messager, qui, à son tour, est une copie d’ARN d’un gène particulier dans l’ADN. Souvent, la chaîne peptidique a besoin de quelques changements (par exemple l’addition de phosphate ou d’autres groupes chimiques) avant de pouvoir fonctionner comme une protéine. De plus, la protéine peut nécessiter un environnement particulier pour se replier correctement. Mais ces choses ne sont pas spécifiques aux plantes, nous avons le même genre de choses dans nos cellules.

Les plantes peuvent faire tous les blocs de construction, les acides aminés, par eux-mêmes. En cela, les plantes sont meilleures que nous, car nous ne pouvons pas fabriquer les soi-disant acides aminés essentiels. Ces acides aminés sont produits par les chloroplastes dans les plantes. Toute la synthèse des acides aminés s’effectue via des chaînes compliquées de réactions enzymatiques. Par exemple, les acides aminés aromatiques (histidine, tyrosine, tryptophane, phénylalanine) sont fabriqués dans le chloroplaste via une étape catalysée par l’enzyme EPSP synthase. Cette enzyme est inhibée par le glyphosate et donc les plantes meurent si elles sont pulvérisées avec cet herbicide, mais nous ne remarquons rien parce que nous n’avons pas l’enzyme.

La synthèse des protéines chez les plantes a plus de particularités car les plantes ont des chloroplastes. Nous avons deux génomes (le génome nucléaire principal et le petit génome mitochondrial) mais les plantes en ont trois (le génome nucléaire, mitochondrial et chloroplastique). Le génome nucléaire est dans tous les cas beaucoup plus grand que les deux autres, hébergeant habituellement au moins 20 000 gènes, souvent beaucoup plus. La mitochondrie est très petite (la nôtre ne code que pour 13 protéines, et les génomes mitochondriaux des plantes sont essentiellement de taille similaire). Les génomes chloroplastiques ont plus d’une centaine de gènes, selon la plante.

Les mitochondries et le chloroplaste ont leurs propres ribosomes pour la synthèse des protéines. Les ribosomes chloroplastiques sont très similaires aux ribosomes bactériens standard et en fait, la synthèse des protéines dans les chloroplastes peut être inhibée par des antibiotiques (par exemple le chloramphénicol et la lincomycine) qui inhibent la synthèse des protéines bactériennes. Les chloroplastes rendent les protéines essentielles à la photosynthèse. L’exemple le plus connu est la protéine D1 qui fonctionne au coeur du photosystème II évoluant en oxygène.

Les plantes fabriquent des protéines de la même manière que n’importe quel autre organisme. Ce processus est appelé «biosynthèse des protéines».

Puisque ce processus très complexe est vraiment identique – vous pouvez “jeter” un ARNm de la plupart des espèces dans le système d’un autre et trouver la même chaîne polypeptidique (sauf si des enzymes modificatrices spéciales sont nécessaires et en considérant que les codons stopp peuvent être interprété différemment) – c’est une preuve que toute vie sur terre a UN ancêtre commun.

La protéine est faite de nitrate, une forme d’azote qui a été fixée par des micro-organismes. Les plantes ne peuvent pas utiliser directement l’azote, elles dépendent donc des bactéries pour convertir l’azote en une forme qu’elles peuvent utiliser. Ces bactéries résident près des racines des plantes ou dans des structures spéciales sur les racines appelées nodules. Les bactéries dans les nodules ont formé une relation symbiotique avec les plantes où elles échangent l’azote utilisable pour le sucre de la plante.

Les nitrates pris dans la plante par les racines sont aspirés dans la plante, où ils sont convertis en 20 types d’acides aminés différents. Ces acides aminés sont transformés en protéines dans des structures spéciales dans les cellules appelées ribosomes. Ces structures résident à quatre endroits de l’usine. Certains flottent librement dans le cytoplasme des cellules, tandis que d’autres sont attachés à la surface du réticulum endoplasmique, aux mitochondries et aux chloroplastes.

A partir des ribosomes contenus dans le réticulum endoplasmique, les protéines sont envoyées dans l’appareil de Golgi. L’appareil de Golgi trie ces protéines pour les distribuer à travers la plante, où elles seront utilisées pour former de nouvelles structures pour le transport ultérieur des nutriments, ainsi que des processus métaboliques de base.

Les plantes transforment l’oxygène en dioxyde de carbone en glucose par photosynthèse. La photosynthèse est une réduction du carbone, de l’azote et du soufre. Le glucose est converti en acides aminés d’abord par transamination puis par des enzymes.

Les plantes produisent des protéines de la même manière que les animaux: Biosynthèse des protéines à partir d’acides aminés. Il n’y a rien de spécial à ce sujet. Si nous y réfléchissions profondément, cela ne devrait pas nous surprendre. Les cellules végétales, à l’exception des parois cellulaires, des vacuoles et des chloroplastes hypertrophiés, sont comme toutes les autres cellules eucaryotes: le type de cellules que nous avons également.

Les plantes fabriquent deux types de protéines: a) les protéines sécrétoires et b) les protéines cytosoliques.

Les protéines sécrétoires sont synthétisées uniquement chez les eucaryotes, qui travaillent dans les ER, Golgi, les membranes plasmiques, les lysosomes, etc. Comme ils ont un patch hydrophobe, leur synthèse est arrêtée dans le cytoplasme et déplacée vers Rough ER par la particule de reconnaissance du signal.

Un autre peptide synthétisé partiel pénètre dans le RER et la synthèse est terminée et migre dans le cytoplasme. Basé sur le peptide Signal, la localisation de la protéine dans la cellule est décidée.

Les protéines cytosoliques sont synthétisées par la méthode de traduction et se trouvent dans le cytoplasme de la cellule.

plante fabrique des protéines à partir d’acides aminés. gènes codent pour des protéines spéciales transcrites en ARNm dans le noyau qui est exporté dans le cytoplasme .ribosomes lire que le code génétique selon cette séquence de code des acides aminés sont assemblés et rejoint par ses liaisons peptidiques

Pour une réponse simple, les plantes prennent de l’azote du sol qui est fabriqué par certaines bactéries. Ces bactéries convertissent l’azote dans l’air en azote consommable pour les plantes. Les racines des plantes qui ont des poils absorbent l’azote dans le sol par diffusion. Ils convertissent l’azote en acides aminés et en acides aminés en protéines et utilisent cette protéine pour leur croissance et leur développement.

Essentiellement de la même manière que les protéines sont préparées par les animaux:

  • l’ARNm est transcrit à partir de la région d’ADN appropriée dans le noyau;
  • l’ARNm est transporté hors du noyau et dans le cytoplasme;
  • les ARNt sont chargés avec les acides aminés correspondants correspondants;
  • les ribosomes font leur travail;

et voilà: les protéines.

Pensiez-vous quelque chose de différent?

Cela a été répondu sur Quora il y a plus de 2 ans. Vous pouvez vous apprendre à chercher efficacement google en allant sur google.com et en posant la même question. Essayez-le!

Comment les plantes fabriquent-elles des protéines?

Les plantes absorbent les minéraux nécessaires à la vie, à partir de l’eau souterraine. Ils utilisent des acides aminés pour fabriquer des protéines, par biosynthèse des protéines, de la même manière que les humains.

En utilisant l’azote (nitrates) qui sont dissous dans l’eau à partir des racines. Ils convertissent ensuite le nitrate en un acide aminé faisant les protéines. Comment la conversion a lieu est un mystère pour la plupart des gens, il a quelque chose à faire avec le soleil et la clorophylle convertir le sucre et les féculents en aliments utilisables pour la plupart de croissance

Gatorade. Il a des électrolytes. Les trucs que les plantes ont besoin.

Ils sont capables d’acquérir les éléments vitaux pour la synthèse des acides aminés, tels que les groupes aminés (nitrates, etc) de leurs racines.

Je ne peux pas répondre, mais je ne peux pas “passer” cette question non plus. Pardon