Les antibiotiques provoquent-ils des mutations chez les bactéries ou les bactéries ont-elles déjà une résistance, mais parce que l’antibiotique tue la plus grande partie de la non-résistance, les mutations survivent-elles?

Eh bien, la sagesse conventionnelle est que les antibiotiques agissent comme une «pression sélective», et en éliminant tous les organismes résistants, à l’exception des organismes résistants, permettent aux gènes de résistance de proliférer et de se propager à travers les populations bactériennes.

Donc les mutations se poursuivent constamment chez les bactéries, mais certaines souches de bactéries semblent avoir plus de mutations que d’autres, et certains gènes muent définitivement plus vite que d’autres, et peuvent avoir plusieurs allèles ou formes du gène présents dans la population bactérienne en même temps. temps. (Geeze, devrait vraiment avoir quelqu’un qui comprend la génétique répondant à ces types de questions).

Ainsi, certains allèles peuvent coder pour un changement dans une protéine qui affecte la taille des pores dans la membrane bactérienne que l’antibiotique doit traverser, ou une protéine à laquelle l’antibiotique doit se lier. Ces changements dans la protéine peuvent ne pas rendre la protéine meilleure ou plus utile à la bactérie que les autres formes de la protéine – dans des circonstances normales. Cependant, en présence d’antibiotiques, l’une de ces protéines mutées peut empêcher l’antibiotique de pénétrer dans la bactérie en quantités suffisantes pour la détruire (une DL 50 ou LD 100 plus élevée, LD étant une dose létale), ou ne pas lui permettre de se lier à l’endroit où il interfère avec le métabolisme cellulaire, (par exemple, il pourrait empêcher l’antibiotique de se lier à la molécule sur le ribosome dans la cellule où la bactérie forme ses protéines). Il y a des mutations qui permettent des enzymes qui détruisent l’antibiotique quand il est dans la cellule, ou qui permettent à la bactérie de pomper l’antibiotique hors de la cellule avant qu’une quantité suffisante ne s’établisse pour tuer la bactérie. Donc, ces mutations seraient soit déjà dans la population bactérienne, soit seraient acquises (sans mutation de l’ADN de la bactérie) par les bactéries ramassant les gènes qui sont transmis sur les plasmides ou les transposons.

Mais il existe certains types d’antibiotiques (principalement les fluoroquinolones) qui semblent augmenter la vitesse à laquelle les allèles résistants se forment, ce qui soulève la question de savoir si l’utilisation de ces antibiotiques cause ou facilite les mutations dans les bactéries ciblées.

Donc, les deux possibilités peuvent être correctes.

Avertissement: Je ne suis en aucun cas un expert en génétique, et la science derrière la résistance aux antibiotiques est compliquée et en pleine expansion. D’autres peuvent être en mesure de donner une réponse plus précise et à jour que le mien

Les bactéries peuvent partager ADN / ARN avec d’autres bactéries, donc si elles ont un ADN qui leur donne de la résistance, elles survivront quand les autres mourront. Les mutations ne sont pas causées par des antibiotiques mais sont sélectionnées par eux.

Wwwhaaaat? J’ai du mal à analyser cette question.

Non, les antibiotiques ne provoquent pas de mutations; les mutations se produisent tout le temps. Certaines des mutations conféreront une immunité aux antibiotiques.

Une des raisons pour lesquelles nous avons de la résistance, c’est que les médecins donnent un cours de courte durée (une semaine ou 10 jours), ce qui laisse certaines bactéries en vie. Ceux-ci auront une certaine immunité. Quand ils reviendront, ils auront simplement une population plus résistante.

Il vient aussi par des personnes ne finissant pas un cours d’antibiotiques.