Quels carcinogènes ont la plus forte probabilité de provoquer le cancer?

Plusieurs réponses ont donné plusieurs agents auparavant, malheureusement, ils ont tous des défauts (et quelqu’un avec la croyance insupportable que les dommages à l’ADN ne causent pas le cancer, quoi?!).

Je vais devoir être partiellement d’accord avec Brad Hoehne en ce que le rayonnement peut être très utile pour causer la cancérogenèse chez l’homme. Cependant, les radiations ne vous donneront qu’un risque assez raisonnable de développer un cancer si vous êtes exposé à des niveaux moyens de radiation pendant une période prolongée. Ce que je comprends de votre question, c’est que vous posez des questions sur quelque chose qui vous donnera un cancer avec une forte probabilité sur une courte période à très faible dose. Dans un tel cas, le rayonnement n’est réellement pas très utile.

Des doses de rayonnement suffisamment élevées pour qu’un grand nombre de mutations puissent provoquer un cancer ont probablement un effet secondaire auto-limitant: elles tuent également les cellules cancéreuses. C’est pourquoi nous avons ce qu’on appelle la radiothérapie. C’est parce que toutes les cellules ont des capacités de réparation de l’ADN. Lorsque des dommages à l’ADN se produisent, il est parfois impossible de les réparer correctement, ce qui entraîne une mutation. Lorsque suffisamment de mutations dans les gènes corrects s’accumulent, les voies apoptotiques (suicide cellulaire) de la cellule se décomposent, permettant une prolifération incontrôlée, qui est le début d’un cancer. Mais, à très forte dose de rayonnement, même les gènes codant pour les protéines réparatrices d’ADN sont endommagés, ce qui conduit à la non-synthèse de ces protéines cruciales. Sans ces protéines, les dommages à l’ADN ne peuvent être réparés de façon significative.

Il peut sembler que cela contribuerait réellement au développement du cancer, mais même les cellules cancéreuses ont besoin d’au moins un certain degré d’intégrité de l’ADN pour pouvoir lire les gènes nécessaires à la construction des composants cellulaires essentiels. Avec l’ADN devenant progressivement plus endommagé, les voies de biosynthèse s’effondrent et la cellule devient incapable de synthétiser n’importe quel composant, finissant par mourir de faim car ses protéines constituantes se dégradent naturellement à la fin de leur durée de vie.

Les cellules cancéreuses sont encore plus sensibles aux rayonnements que les cellules normales, car elles ne reposent pas sur deux cycles mitotiques, contrairement aux cellules normales, pour réparer ou atténuer les dommages résiduels de l’ADN pendant la mitose, au cours desquels l’ADN est encore plus sensible aux dommages. Cela entraîne des dommages qui s’accumulent à mesure que les cellules cancéreuses continuent à se diviser, et lorsqu’une forte dose de rayonnement est absorbée, les dommages sont tout simplement trop importants pour que la cellule cancéreuse se rétablisse.

Cette différence de sensibilité au rayonnement est précisément la raison pour laquelle la radiothérapie fonctionne: La dose est ajustée avec soin pour que les cellules normales puissent se rétablir, mais pas les cellules cancéreuses.

Maintenant, en arrivant à la réponse réelle, les agents les plus communément considérés comme les plus puissants cancérogènes existants sont la famille des aflatoxines. Ce sont des carcinogènes hépatiques qui provoquent des carcinomes hépatocellulaires avec des perspectives de survie très sombres. Ils sont ridiculement puissants, assez pour provoquer une certitude virtuelle du cancer dans la gamme de microgrammes et les membres les plus puissants sont censés conserver une activité mutagène / cancérogène significative dans la gamme nanogramme, les mettant sur un pied d’égalité avec certains des agents les plus toxiques connus à l’humanité. Les aflatoxines sont également très communes dans la nature, étant des produits d’ Aspergillus flavus , d’où leur nom vient ( un spergillus + fla vus + toxine ) qui est un champignon qui pousse généralement sur du riz humide.

C’est la dose qui fait le poison.

Presque tout cancérogène, en dose suffisamment élevée, vous donnera une forte probabilité de cancer – c’est la définition d’un cancérogène. Une cigarette n’augmentera pas beaucoup vos chances de contracter le cancer. Deux paquets par jour pour toute la vie le fera définitivement.

Cela dit, si vous voulez vraiment le cancer (et qui n’en a pas, vraiment?), Le moyen le plus efficace de s’y prendre est probablement de vous exposer à une forte dose de certaines formes de radiation.

Une série très forte et répétée de radiographies (ou tomodensitométries, qui ne sont en fait que des machines à rayons X dotées d’un équipement informatique sophistiqué) fera très bien l’affaire si les doses utilisées vont bien au-delà des limites recommandées.

L’exposition directe au cœur d’un réacteur nucléaire défaillant après une fusion entraînera probablement aussi le cancer.

Plus précisément, une forte odeur de la forme en poudre d’un élément alpha hautement radioactif comme le Polonium est presque une garantie de cancer si vous parvenez à survivre aux maladies aiguës des rayons (mort cellulaire) et à la toxicité (qui, hélas, n’est pas probablement.) Une dose modeste de l’ iode 131 hautement radioactif est aussi à peu près une condamnation à mort.

Un pourcentage étonnamment élevé de peintres de cadrans dans la première moitié du 20ème siècle a fini par obtenir une forme de cancer de la mâchoire ou de la bouche, depuis peint les visages des horloges avec radium lueur dans le noir. Pour faire le point de leurs pinceaux, les soi-disant “radium girls” lécheraient les pointes avant d’appliquer le radium, les exposant à l’élément radioactif.

Selon le Dr Neil McKinney, dans son livre «Naturopathic Oncology», alors qu’il travaillait comme chercheur à la BC Cancer Research Foundation, la substance la plus dangereuse pour la mutagénicité et la cancérogénicité était les bonbons au caramel. Ils ont constaté que les sucres brûlants génèrent des toxines assez graves.

Je ne suis pas un médecin ni un chercheur sur le cancer.

Ma réponse est que AUCUN ne cause le cancer!

Les expériences dans les laboratoires montrent que certaines substances et certaines énergies peuvent endommager l’ADN, mais il n’y a aucune preuve que les cellules avec l’ADN endommagé deviennent des cellules cancéreuses.

Les cellules avec l’ADN endommagé réparent les dommages ou si elles ne peuvent pas réparer, elles s’autodétruisent (apoptose) et seulement après qu’elles se soient auto-détruites, les cellules immunitaires appelées macrophages sont impliquées dans le nettoyage des débris. Ils ne sont pas tués par le système immunitaire.

Les cellules cancéreuses qui sont «produites» dans le laboratoire sont tous des artefacts. Aucun d’eux n’est un vrai cancer.

Il est maintenant bien accepté que les cellules souches sont impliquées dans la formation du cancer.

J’ai découvert que les cellules souches se transforment en divers types de cellules souches cancéreuses et d’autres cellules cancéreuses. Et dans mon expérience, ces cellules cancéreuses retournent aux cellules normales en cas de rémission spontanée (ce qui arrive dans de bonnes conditions) et les excès s’autodétruisent.