Un homme peut-il survivre en étant proprement coupé en deux à peu près un pouce au-dessus de son pénis?

J’ai rencontré un cas dans ma carrière. La victime conduisait une motoneige dans l’obscurité à haute vitesse et heurtait un câble tendu de l’autre côté de la route (une porte improvisée, pas un crime, la victime pénétrait sur une propriété privée), se coupant à quelques centimètres du nombril. Il a vécu plus d’une décennie.

Alors oui, c’est possible. Juste pas probable. Dans ce cas particulier, tout s’est parfaitement déroulé, les gens sur les lieux ont fait les bonnes choses et n’ont pas essayé de déplier le patient, ce qui l’aurait immédiatement fait saigner. EMS était à proximité et a fait toutes les bonnes choses. Le patient était le plus proche d’un centre de traumatologie entièrement équipé, et le chirurgien de garde cette nuit-là était un ancien chirurgien traumatologue militaire au sens le plus fin de MASH ‘Meatball’, toujours réveillé dans une maison près de l’hôpital , et prêt à courir pour travailler dans ses sous-vêtements, à travers la neige. Dans des circonstances moins favorables, le patient serait simplement mort sur les lieux. Je donnerais moins de 1% de chances à une victime d’un accident de la route.

Eh bien, considérant qu’il ne meurt pas de la perte de sang, et que les voies urinaires gastro-intestinales sont fermées que oui, c’est possible. Comme il n’aurait plus de pavé pelvien, il devrait également subir une colostomie et une urostomie pour évacuer les excréments et l’urine vers l’extérieur.